Ancien panneau Michelin de la RN77 situé non loin de Troyes, à Saint-Germain. (photo: MV, janvier 2009).
AUX LECTEURS: les textes, photos et dessins de ce site sont soumis au droit d'auteur. Pour toute autre utilisation, contacter l'auteur de Sur ma route. Merci de votre compréhension...
Documentation écrite utilisée: Atlas des grandes routes de France (Michelin, 1959), Atlas routier France (Michelin, 2010), Routes et ponts n°96 (Michelin, janvier 1945), le Guide Bleu France automobile (Hachette, 1954), le Guide Bleu Bourgogne-Lyonnais (Hachette, 1965), le Guide du Routard Bourgogne (Hachette, 2009), l'encyclopédie en ligne Wikipédia, Annuaire historique du département de l'Yonne (Auxerre, Perriquet et Rouillet éditeurs, 1856).
Au beau milieu de la plaine, un panneau indicateur qui a du vécu! Photo: Marc Verney, novembre 2006.
Voilà l'itinéraire de la RN77 historique de Châlons à Nevers.
L'ancienne borne indicatrice de Saint-Florentin marque le carrefour de la RN5 et de la RN77. Photo: Marc Verney, janvier 2010.
En quel état était la N77 en janvier 1945? La carte Michelin Routes et ponts n°96 paraît le premier mois de l'année 1945. La Deuxième Guerre mondiale n'est pas terminée et de nombreux départements français ne sont pas encore libérés. Le document Michelin porte encore tous ces stigmates. Les mentions "sans renseignements" et "renseignements incomplets" couvrent de larges pans de l'Hexagone (on se croirait un peu face à la carte d'un continent à découvrir... finalement!).
Pour ce qui est de la N77: de la frontière belge à Sedan, la chaussée est estimée "moyenne", tout comme entre Sedan et Vouziers. Plus loin, de Vouziers à Suippes, la route reçoit le label "rapide". Cela s'améliore même jusqu'à Châlons, ou la chaussée est "très rapide". Plutôt bien pour une route qui a supporté dans son trajet ardennais la charges des blindés allemands quatre ans plus tôt... Après Châlons et jusqu'à Troyes, c'est tout aussi "rapide", hormis la traversée de la capitale de l'Aube, estimée très ardue par Michelin. Le reste de la route (jusqu'à Nevers) est "moyen". On notera que le passage de Clamecy (ville bombardée) est difficile. Là, la route devient "mauvaise".

Ancienne borne Michelin à Lucy-sur-Yonne (4 km du trajet de la RN77). Photo: Marc Verney, mai 2009.

Plaque Michelin à Avrigny (9 km au sud-est de Lucy-sur-Yonne). Photo: Marc Verney, mai 2009.

Les belles routes de France
R.N.77: AUBE SUR LOIRE... (II)
La deuxième partie du trajet 1959 de la RN77 nous emmène des abords de Châlons à Nevers, sur les rives de la belle et sauvage Loire... Voici donc que s'approche la Bourgogne et ses richesses: vastes demeures, abbayes, églises... sans compter de croquignolets villages qui s'accrochent aux pentes de collines dodues et chevelues... La chaussée, qui avait été nommée, dans le décret impérial de 1811, "route de Nevers à Liège et à Maastricht par Châlons" n'a pas fini de nous surprendre.

Le pont sur le Serein à Pontigny (photo: Marc Verney, janvier 2010). En cliquant sur l'image vous revenez à l'index général.


On compte une trentaine de kilomètres jusqu'à Sommesous, où la route croise la nationale 4 Paris-Strasbourg. Pas grand chose à se mettre sous les yeux, sinon le trafic aérien autour de l'aéroport de Vatry, longé quelques kilomètres plus haut... Un aéroport au milieu des champs de patates??? En fait, cette ancienne base de l'Otan construite en 1953 est aujourd'hui une plate-forme de fret censée alléger le trafic aérien autour de Paris. Mais sa belle piste de 3860 m ne reçoit encore que peu d'avions (en 2010)...

R.N.4: ALLER REJOINDRE LES CIGOGNES
La N4 file plein est vers Strasbourg... Terres de Champagne, de Lorraine et d'Alsace, nous voilà! D'ailleurs, voilà encore un bout de macadam qui va nous rappeler des pans entiers d'histoire de France... (lire)

Après Sommesous, voici l'entrée dans le département de l'Aube et la traversée de Mailly-le-Camp. Là encore, l'histoire de la RN77 (D677) se confond un peu avec la grande histoire de France: c'est le point extrême atteint par les troupes allemandes dans la région en septembre 1914. Question armée, la région confirme encore aujourd'hui: c'est dans le camp de Mailly (12 000 ha) que l'on trouve le centre d'entraînement au combat des troupes françaises. Celui-ci évalue systématiquement les soldats partant en mission à l'étranger (Afrique, Afghanistan en 2010).

Après une longue ligne droite (c'est la mode par là!!), la route atteint Arcis-sur-Aube, où l'on trouvera, trônant fièrement au coeur du bourg, la statue de Georges Jacques Danton, le célèbre révolutionnaire, né ici le 26 octobre 1759. Toujours en ligne droite, la chaussée file vers Voué après avoir traversé le lieu-dit La Belle Idée (charmant, non?). De Voué à Troyes, il ne reste plus que quinze kilomètres jusqu'à Troyes. On entre dans la préfecture de l'Aube par Pont-Sainte-Marie, sur la Seine.

A Pont-Ste-Marie, peu avant Troyes, les RN60 (D960) et RN77 historiques franchissent la Seine sur le même pont. Photo: Marc Verney, janvier 2010. Voyez aussi notre promenade le long de la Seine... (lire)

C'est peu après que l'on arrive réellement dans l'une des plus belles cités de l'Hexagone. Voilà, dans un secteur central de 53 ha, qui prend la forme d'un bouchon de... champagne (ça pétille!) une incroyable concentration (unique en France) de maisons à pans de bois... nous emmenant à chaque pas au coeur du Moyen-Age!! A voir absolument, dans cette ville -épargnée par Attila au Ve siècle et enrichie par les comtes de Champagne- la cathédrale Saint-Pierre, la basilique Saint-Urbain ou encore l'église Sainte-Madeleine et toutes les rues autour de la ruelle des Chats (voir notamment la splendide cour du Mortier-d'Or). Troyes mérite son statut de ville-carrefour: notre promenade y croise les anciennes N19, N60 et N71!!

R.N.19: PAR ICI L'HELVETIE!
En 1959, il faut parcourir 490 kilomètre pour joindre Paris à Bâle, en Suisse, en passant par Troyes, Chaumont, Langres, Belfort et Saint-Louis, non loin de Mulhouse... (lire)
R.N.60: LES VOIES DE JEANNE...
Entre Orléans et Toul via les belles cités de Sens et Troyes, voici une route qui vit au rythme de la grande histoire de France... Jeanne d'Arc, nous voilà!! (lire)
R.N.71: LA SEINE SUR UN PLATEAU
Au fil de la Seine, une belle promenade qui nous fait emprunter le trajet de la N71 historique entre Troyes et Dijon. On vous le dit: une sacrée mise au vert... (lire)

On sort de Troyes par Saint-Germain. La chaussée prend la direction de Saint-Florentin. On ne traverse plus Bouilly, village dévié, et l'on se rapproche lentement de la Bourgogne en passant par Villery, Chamoy, ou bien Auxon (jolis lavoirs). Après Villeneuve-au-Chemin, la chaussée pénètre dans l'Yonne en longeant la vaste forêt d'Othe. C'est à Saint-Florentin que la route n°77 croise la route blanche Paris-Genève. L'agglomération est aujourd'hui déviée, mais on ne peut rater l'église (fin du XVe) qui domine, juchée sur son tertre, les anciennes maisons à colombage. Au début du XIXe siècle, la route impériale n°77 passe par la Grande Rue et rejoint la voie menant à Tonnerre et Dijon à la hauteur du relais Juhan, une des auberges les plus connues de la ville.

R.N.5: LA SUISSE PAR MONTS ET PAR VAUX
La N5 Paris-Genève-St-Gingolph va quasiment disparaître à la suite du vaste déclassement des routes nationales en 2006... On aborde ici le tronçon Saint-Florentin-Tonnerre. (lire)

Dès la sortie de Saint-Florentin, une chaussée surélevée mène à Pontigny et à sa belle abbaye. Une première implantation religieuse y remonte à 1114. Des moines venus de Citeaux défrichent des terrains sur les rives du Serein. Puis, à partir de 1240, les pèlerins affluent à Pontigny pour y saluer les reliques de Saint Edme, un archevêque anglais. Plus tard, vers la fin du XIIIe siècle, des maisons en bois sont élevées en bordure des murs du monastère. Le village se développe au cours du XVIe siècle avec la fabrication de tuiles et de carreaux de terre cuite. Sur le site internet du bourg, l'histoire locale raconte que la route d'Auxerre a été certainement construite plus tard, au XVIIIe siècle et en tous cas améliorée au milieu du XIXe (réparation du pont et réalignement). A la Révolution, comme souvent, l'abbaye est fermée et ses pierres servent à la construction de bâtiments alentours. Seule reste l'église, qui en impose par ses dimensions respectables (visite recommandée).

Panneaux de la RN77 à Pontigny. Photos: Marc Verney, janvier 2010.

Encore 17 km et la route atteint Auxerre, l'une des cités avec Poitiers, nous dit le Guide Bleu Bourgogne-Lyonnais, "les plus riches en monuments religieux du haut Moyen Age". C'est dire si l'étape s'avère indispensable... Avant 1847, notons que la route, pour atteindre Auxerre, passait par le hameau de Thureau-Saint-Denis et Egriselles. La cité -au petit centre fort sympathique- doit son existence à sa position, au croisement d'une voie romaine, la voie d'Agrippa (mer du Nord-Méditerranée) et d'une route de foires est-ouest. La vieille ville (placée sur une butte) est située sur la rive droite de l'Yonne. On y remarque immédiatement la silhouette de la cathédrale Saint-Etienne. Auxerre (en bon Bourguignon on prononce Ausserre!) est évoquée dans l'oeuvre de l'écrivain atypique Restif de la Bretonne, natif de Sacy, à côté de Vermenton. On signalera enfin que le fameux "Cadet Roussel" de la chanson, Me Roussel (1743-1807) a travaillé non loin de l'arcade de la tour de l'Horloge comme huissier.

R.N.6, LA ROUTE DES ALPES
Auxerre, Chalon, Mâcon, Lyon, Chambéry, suivez le jeu de piste de la N6 historique (1959) jusqu'en haut du col du Mont-Cenis. Ca décoiffe de visiter les belles routes des Alpes... (lire)

Traversée l'Yonne, il faut suivre la direction de Clamecy. Un petit point sur la numérotation des routes: l'axe Auxerre-Clamecy porte aujourd'hui le n°151. Il n'en a pas toujours été ainsi: en 1959, c'est bien la RN77 qui se poursuivait au delà d'Auxerre alors que la RN151 (qui passait d'ailleurs aussi par Clamecy), rejoignait la RN6 un peu en amont d'Avallon en traversant Vézelay. En l'an XI, nous dit l'Annuaire historique du département de l'Yonne (1856), il était difficile de trouver plus "mauvaise" route... "Elle avait à peine 3500 m de chaussée régulière, le surplus, ou était pavé en pierre brutes, appelées de nos jours tête de chat, ou reposait tout simplement sur la roche dénudée, ou enfin n'existait encore qu'à travers champs"... Dans cet annuaire départemental, on note enfin que la chaussée de Vallan à Gy-l'Evêque ne remonte qu'à 1833 et que celle d'Auxerre à Vallan (soit 6 km) ne fut en partie remaniée et rectifiée qu'en 1844. Ces différents chantiers furent d'ailleurs à la base d'un pataquès administratif bien coutumier des ponts et chaussées...

Un projet d'incorporer ces quelques km refaits à la route nationale 6 croisée à Auxerre fut présenté en 1845. Il s'agissait de dévier la route de Lyon par là jusqu'à Cravant et de faire repartir la n°77 d'un croisement proche de Cravant afin qu'elle suive la vallée de l'Yonne jusqu'à Coulanges-s-Yonne. Le projet, heureusement, n'aboutit pas (le détour est cependant fortement recommandé pour le touriste amateur de beaux paysages). Au passage, on notera que le bourg de Vallan a toujours été très convoité pour ses sources, qui ont alimenté Auxerre jusqu'en 1882. Quarante-trois kilomètres au sud d'Auxerre, voilà Coulanges-s-Yonne. Dans cette ancienne colonie romaine, les comtes d'Auxerre construisirent autour de 1190 un pont et un château qui fut utilisé en 1360 par Edouard III d'Angleterre pour regarder ses troupes passer l'Yonne. Etre installé sur un point stratégique n'est pas toujours synonyme de belle vie: jusqu'au XVIe siècle, les interminables guerres ruinent la région qui connaît la famine et les massacres.

Encore une poignée de kilomètres
et voilà la petite ville de Clamecy, installée au confluent de la Nièvre et du Beuvron. La cité a connu son heure de gloire à l'époque du flottage du bois (XVIe-XIXe siècles). Du port de Clamecy, portées par le courant, descendaient en effet directement sur Paris des buches de bois qui alimentaient les chauffages de la capitale. Pour comprendre l'importance de ce commerce, il faut tout simplement savoir, qu'en 1804 par exemple, 90% du bois de chauffe parisien était fourni par la région de Clamecy... L'ultime convoi fluvial de bois quittera le port de la cité en 1923. A voir aussi dans la ville, le musée d'art et d'histoire Romain-Rolland (belle salle sur le flottage) et l'église Notre-Dame de Béthléem, bâtie en 1927, qui rappelle, qu'après la disparition du royaume de Jérusalem en 1225, les quelques cinquante évêques de Béthléem ont vécu ici jusqu'à la Révolution!

LE COUP DE LA "ROUTE BUISSONNIERE"
Route alternative et vraiment mignonne pour rejoindre Lyon, la "route buissonnière" sillonne depuis Nemours des régions un peu oubliées et pleines de charme... (lire)

Au sortir de Clamecy, pour suivre le trajet exact de l'ancienne nationale 77, il est nécessaire de suivre la direction de Moulot et de Corvol-l'Orgueilleux (D977). La chaussée suit le cours du Sauzay. Après une grosse quinzaine de kilomètres, nous voici à Varzy. C'est de là, qu'en 1959, la N151 quittait la N77 pour se diriger en direction de l'ouest vers Bourges après un tronçon commun depuis Clamecy. Au Moyen Age, le bourg de Varzy était une nouvelle étape sur le chemin de Compostelle. A la sortie du bourg, la route de Nevers monte à travers bois puis redescend en direction de Champlémy où se trouve la source principale de la Nièvre. Peu après, à la hauteur de Giry (imposant château), se trouve, un peu à l'écart de la vieille nationale, la butte de Montenoison (417 m d'altitude). Là, dans le coin, se croisaient deux voies romaines; il y reste aujourd'hui les ruines d'un château du XIIIe siècle. Le détour est conseillé.

Il reste, dans le Morvan, quelques traces de la RN77bis... Pour vous promener sur cette route, cliquez sur l'image! Photos: Marc Verney, août 2008.

Et puis, juste avant Prémery, venant de l'est, la N77bis rejoint sa "grande soeur". Cette nationale "bis" est très intéressante pour le tourisme. Elle part de Sombernon (Côte d'Or) et coupe le Morvan en diagonale tout en y desservant nombre de ses curiosités: à commencer par le saut de Gouloux (le "Niagara" local...). Le bourg de Prémery, environné de collines verdoyantes, fut l'ancien fief des évêques de Nevers (château du XIVe siècle). La cité a longtemps vécu autour d'une vaste usine de distillation de bois qui produisait produits chimiques et pharmaceutiques.

Encore une quinzaine de jolis kilomètres le long de la Nièvre de Prémery et voilà Guérigny, dernier bourg d'importance avant Nevers. La vie locale a longtemps regardé vers le grand large... Les forges, implantées dès le XVIIIe siècle, fonctionnent jusqu'en 1971 et fabriquent au fil du temps nombre des ancres des navires militaires français. La région, très boisée (la forêt des Bertranges), est propice aux longues promenades en sous-bois (c'est bien de laisser un peu la voiture, non?). Il reste 14 kilomètres à parcourir pour atteindre Nevers, sur les bords de la Loire. Ville au riche patrimoine historique, Nevers est la cité natale de Pierre Marie Jérôme Trésaguet, ingénieur français, créateur du corps des cantonniers et inventeur au XVIIIe siècle d'un nouveau procédé de revêtement routier. A Nevers, le voyageur des nationales historiques rencontre la célèbre N7 (mais aussi la RN79, la route de la Suisse par Digoin, Mâcon et Bourg-en-Bresse ou la R.N.78 en direction de Château-Chinon et Autun).

R.N.79: DU CHAROLAIS AU JURA
En 1959, la route nationale 79 nous conduit de Nevers à La Cluse sur la commune de Montréal-la-Cluse dans le département de l’Ain (monts du Jura). Des paysages plein la vue!(lire)

R.N.78: LE JURA PAR LE MORVAN
La RN78 de 1959 relie Nevers à St-Laurent en Grandvaux en passant par le Morvan, les beaux vignobles de Bourgogne et Lons. Une route pleine d'histoires à suivre ici (lire)

R.N.7: LA ROUTE DES MILLE BORNES
La N7 est sans doute la plus connue de nos nationales historiques. Voilà la plus sympathique des balades vers la Côte d'Azur... A la hauteur de Nevers, la route quitte la Loire pour suivre l'Allier (lire)

Marc Verney, Sur ma route, septembre 2010

Revenir à la première page de promenade sur la N77 historique (clic!)
Retour vers la page principale du site (clic!)