Ancien panneau Michelin à Viels-Maisons. Il a, depuis, été déposé (photo: MV, août 2007).
Colonne commémorative des batailles napoléoniennes dans la région (photo: MV, juin 2013).

Sources et documents:
Atlas des grandes routes de France (Michelin, 1959); carte n°56 Paris-Reims (Michelin, 1958); Champs de bataille de France, descriptions et récits, Charles Malo (Hachette, 1898); Guide Bleu de la France automobile (Hachette, 1954); Guide Vert Champagne-Ardenne (Michelin, 2011); Itinéraires de France, divisés en cinq régions, par Hyacinthe Langlois, libraire, géographe (1816); Montmirail-en-Brie, M.R. Mathieu, impr. F. Paillart (1975); Notice sur le monument commémoratif de la bataille de Montmirail et Marchais, imprimerie et librairie Renaud (1867); archives.marne.fr; Wikipédia, Wikisara. Remerciements: Géoportail IGN.


Ancien panneau en métal à Vauchamps (photo: MV, juin 2013).

D'autres ressources autour de la nationale 33 historique: La page Wikisara consacrée à cette ancienne nationale française (lire).
La page Wikipédia de la RN33 historique (lire).


Lieux traversés par la N33 (1959):
La Ferté-s-Jouarre (N3)
Montapeine
Bussières
La Belle-Idée
Replonges
Viels-Maisons
La Haute-Epine
Montcoupot
Montmirail
Vauchamps
Fromentières
Champaubert (N51)
Etoges
Bergères-lès-Vertus
Chaintrix
Thibie
Châlons-s-Marne (N3, N44, N77)

AMI LECTEUR: les textes, photos et dessins de ce site sont soumis au droit d'auteur. Pour toute autre utilisation, contacter l'auteur de Sur ma route. Merci de votre compréhension...

A Vauchamps, un petit air de Texas dans la plaine briarde (photo: MV, juin 2013).

Sur la table d'orientation du mont Aimé, on voit parfaitement le trait rectiligne de la R.N.33 historique (photo: MV, juin 2013).

Peu avant Châlons, la ferme du Vide-Besace (photo: MV, juin 2013).
A VOIR, A FAIRE Tout au long de l’ancienne nationale 33, le voyageur trouve largement de quoi visiter! A Viels-Maisons, voilà de très beaux jardins, établis à l’emplacement d’une forteresse détruite à la Révolution. Au bord de la route, vers Marchais-en-Brie, surmontée d’un aigle doré, la colonne commémorative des –inutiles- victoires napoléoniennes remportées dans la région en février 1814 face aux troupes russes et prussiennes. Montmirail, son château de style Louis XIII bâti au XVIe siècle et acheté par Louvois en 1685, et les statues présentes dans les ruelles reprenant le tracé des anciennes fortifications… Au sud de Champaubert, les marais de Saint-Gond occupent une dépression formée par la vallée supérieure du Petit-Morin (combats d’ampleur en 1914). Etoges abrite un château, construit au XVIIe siècle par les barons d’Anglure (ne se visite pas). L’église (XIIe siècle) abrite plusieurs gisants du XVIe siècle. Non loin du village de Bergère-lès-Vertus, le mont Aimé domine la plaine de ses 240 m (ruines du château des comtes de Champagne, table d’orientation, vue large sur les vignobles de la côte des Blancs).





Belles routes de France...
RN33: EMPEREUR A L'HORIZON !
La R.N.33 de 1959 relie la Ferté-sous-Jouarre et Châlons-sur-Marne (aujourd’hui –en-Champagne). C’est un itinéraire direct vers Châlons utilisé pour la route d’Allemagne à la fin du XVIIIe siècle. On passe au beau milieu des ultimes champs de bataille napoléoniens de la campagne de France du début 1814: Champaubert, Montmirail, Vauchamps… des victoires inutiles puisque l’Empire se meurt face aux nations d'Europe coalisées… Après 1972, la RN33 a été complètement déclassée en D407 dans la Seine-et-Marne et en D933 dans l'Aisne et la Marne.

La nationale 33 historique vers Thibe et Chaintrix: de longues lignes droites au milieu des champs (Photo: Marc Verney, juin 2013). En cliquant sur l'image vous continuez la promenade sur la route d'Allemagne!

Le Guide Bleu de la France automobile de 1954 évoque cette variante de la Ferté-sous-Jouarre à Châlons comme un trajet «moins peuplé» et «permettant de plus grandes vitesses»… Dans l’ouvrage de 1816 Itinéraires de France, divisés en cinq régions, on lit que cette route est plus courte que la voie par Château-Thierry et qu’elle a «en outre l’avantage de n’avoir qu’une seule montagne, celle de Montmirail, tandis que sur la première route on ne cesse de monter et de descendre. Aussi, tous les rouliers la prennent. (…) La route est belle, large et ombragée jusqu’à Champaubert

RN3: sur la route d'Allemagne
La route nationale 3 relie Paris à l'Allemagne en passant par Verdun et Metz. Que des terres de batailles mais voilà, l'Est nous attire! Paysages bucoliques et vieilles pierres y sont légion...(lire)

«En sortant de la Ferté, nous raconte toujours le livre Itinéraires de France, divisés en cinq régions, on passe au hameau de Saint-Martin, côte, joli vallon, où serpente le Petit-Morin; belle vue sur la droite, pente rapide et bois de Moras à traverser, d’où l’on tire les meules à moulin. Voilà maintenant le hameau de Montapeine; encore une longue ligne droite et la route entre dans le village de Bussières. Nous passons par la suite la Belle-Idée, Replonges, pour aboutir à Viels-Maisons (déviée aujourd’hui). On est entrés pour quelques kilomètres dans le département de l’Aisne. A la Haute-Epine on passe non loin de Marchais, célèbre pour la victoire remportée en 1814 sur les Alliés par Napolèon Ier et son armée. Une bataille qui porte aussi le nom de Montmirail.

Entrée de l'ancienne route dans Viels-Maisons (photo: MV, juin 2013).
La R.N.33 historique à la limite départementale entre Aisne et Marne (photo: MV, juin 2013).

Située juste en bordure de voie, la haute colonne en mémoire de la bataille de Montmirail-Marchais a été inaugurée le 11 février 1867. Voici ce que l’on en dit dans la Notice sur le monument commémoratif de la bataille de Montmirail et Marchais: «Dès le matin, malgré une pluie froide et intense, dans les chemins, sur toutes les routes des deux arrondissements de Château-Thierry et d’Epernay, on ne voyait que compagnies de sapeurs-pompiers, médaillés de Sainte-Hélène, gardes nationaux, populations de villages entiers se dirigeant tous vers le lieu où s’élève la colonne commémorative»…

«On entre dans le département de la Marne, indiquent encore les Itinéraires de France, divisés en cinq régions. On arrive à Montmirail, sur une montagne, près de la rive droite du Petit-Morin. Elle fabrique de la quincaillerie, serpes, bêches et autres ustensiles de jardinage, coutellerie, tire-bouchons. Sa moutarde est renommée». Dans Montmirail-en-Brie, on peut découvrir que, «depuis que la grand’route était terminée jusqu’à Châlons, le relais de poste voyait passer énormément de monde… comme Louis XVI, un certain matin du 21 juin 1791…»

A Champaubert, cette ancienne plaque défie le temps (photo: MV, juin 2013).

Montmirail, Vauchamps, Champaubert… «Les trois champs de bataille (10 au 14 février 1814) se touchent presque, apprend-on dans Champs de bataille de France, descriptions et récits, renfermés qu’ils sont dans un espace de quelques lieues carrées (…). Ils sont situés dans la partie méridionale du plateau qui sépare la vallée de la Marne de celle de son affluent, le petit-Morin, et dont le revers oriental forme le prolongement de la grande falaise tertiaire appelée "falaise de Champagne". La vieille route de Châlons à Paris escalade ce plateau à Etoges, puis coupe à angle droit la route (alors mauvais chemin de traverse) allant de Sézanne à Montmort et à Epernay. C’est à la croisée des deux routes qu’est bâti le village de Champaubert qui ne compte qu’un petit nombre de maisons avec une vieille église romane».

«On commence à voir ici la craie qui règne jusqu’aux abords de Châlons, nous disent les Itinéraires de France, divisés en cinq régions. On voit sans cesse de vastes plaines nues et stériles. On découvre de très loin le mont Aimé au pied duquel l’on passe». En 1815, après la campagne de France et la chute de Napoléon Ier, le tsar Alexandre Ier choisit l’endroit pour une grande parade militaire afin de démontrer sa puissance: au moins 300 000 soldats et 85 000 chevaux manœuvrent dans la plaine de Vertus qui s'étend au pied du mont... Sur la carte de Cassini établie à partir de la moitié du XVIIIe siècle, on constate que la route entre Vauchamps et Etoges n’est pas réalisée.

A l'entrée d'Etoges (photo: MV, juin 2013).

Sur le riche site internet des archives de la Marne, on voit les plans de projets d’ouvrages d’art destinés à la route de Châlons par Montmirail à Chaintrix et Thibie datés de 1782 ou 1785. Sur une autre carte, on peut voir un projet d’alignement de la route «approuvé à l’assemblée des ponts et chaussées du 3 mai 1774». Sur le document, ce tracé choisi semble supplanter deux autres projets, dont l’un passait par les villages de Voipreux et de Vertus. Au temps des diligences, les relais le long de cette route étaient Bussières, Vieux-Maisons, Montmirail, Fromentières, Etoges, Chaintrix, Châlons… Nous avons parcouru 96 kilomètres.

RN3: sur la route d'Allemagne
La route nationale 3 relie Paris à l'Allemagne en passant par Verdun et Metz. Que des terres de batailles mais voilà, l'Est nous attire! Paysages bucoliques et vieilles pierres y sont légion...(lire)

RN77: Aube sur Loire...
La route nationale Sedan-Nevers traverse une grande partie de l'est de la France. Ardennes, Champagne, Bourgogne... Un trio de régions pour une superbe promenade! (lire)

D'autres photos:

Sur le mont Aimé (photo: MV, juin 2013).
Une mince ligne ponctuée d'arbes à l'horizon: la R.N.33 historique (photo: MV, juin 2013).
Ancienne plaque de la R.N.33 en parfait état de conservation à Chaintrix (photo: MV, juin 2013).

Marc Verney, Sur ma route, août 2013

Revenir sur la page principale (clic!)