Placée à côté du pont traversant la Cressonne, voilà la borne de limites départementales entre la Nièvre et la Saône-et-Loire (photo: MV, juillet 2011).
AMI LECTEUR: les textes, photos et dessins de ce site sont soumis au droit d'auteur. Pour toute autre utilisation, contacter l'auteur de Sur ma route. Merci de votre compréhension...
Sources et documents: Atlas routier France (Michelin, 2011); Carte Michelin n°69 Bourges-Mâcon (1963); Guide Bleu Bourgogne, Morvan, Nivernais, Lyonnais (Hachette, 1965); Guide Bleu de la France automobile (Hachette, 1954); Guide du Routard Bourgogne (Hachette, 2009); Histoire de Mâcon et du Mâconnais, Emile Magnien (éd. des amis du musée de Mâcon, 1971); Histoire de Nevers (1 & 2), Madeleine Chabrolin, Jean-Bernard Charrier, Jean-Pierre Harris, Bernard Stainmesse (éd. Horvath, 1984); Histoire des routes de France, du Moyen-Age à la Révolution, Georges Reverdy (Presses de l'ENPC, 1997); Nivernais et Morvan d'autrefois, Jean-Pierre Harris (éd. Horvath, 1981); arcelormittal.com; ville-decize.fr; ville-imphy.fr; saint-ouen-sur-loire.a3w.fr; Wikisara, Wikipédia; La Voix du Dardon (association pour la sauvegarde du patrimoine, à l'ouest du département de Saône-et-Loire). Un grand merci à la Bibliothèque publique d'information du Centre Georges-Pompidou.
Ancienne signalisation à un carrefour de Digoin (photo: EF, juillet 2011).
Panneau Michelin annonçant la station thermale de Bourbon-Lancy (photo: MV, août 2007).
Villes et villages traversés par la N79 historique (1959), en italique, les anciennes RN principales croisées:
Nevers (N7, N76, N77, N78)
Saint-Eloi
Imphy
Le Port-des-Bois
Saint-Ouen
Béard
Saint-Léger-des-Vignes
Decize
Devay
Les Arbelats
Saint-Hilaire-Fontaine
Cronat
Vitry-sur-Loire
Lesme
Le Fourneau (N73)
Saint-Aubin
Gilly
Saint-Agnan
La Varenne
Digoin
Paray-le-Monial (N74)
La Redoute
Charolles (N485)
Vendenesse
La Fourche
Mont
Curtil-sous-Buffières
Bergesserin
Mazillé
Sainte-Cécile
La Valouze
Col du Bois-Clair (N80)
La Croix-Blanche
La Roche-Vineuse
Charnay-lès-Mâcon
Mâcon (N6)
Ambiance de rue à Paray-le-Monial (photo: MV, juillet 2011).
Cet ancien panneau indicateur se trouve sur un chemin vicinal aux approches de la forêt de Charolles (photo: MV, juillet 2011).
Panneau lumineux à Charolles sur la route de Mâcon. Difficile de s'y repérer au premier coup d'oeil, d'autant que certaines informations sont redondantes! (Photo: MV, juillet 2011).


Nos belles routes de France
R.N.79: LA ROUTE DE L'OCEAN A LA SUISSE (I)
En 1959, la route nationale 79 nous conduit de Nevers à La Cluse sur la commune de Montréal-la-Cluse dans le département de l’Ain (monts du Jura). C'était une des grandes artères qui reliaient le centre de la France à la Suisse. On compte d'ailleurs 316 km entre Nevers et Genève... une belle promenade qui nous fait rouler sans hâte le long de la Loire, zigzaguer entre les monts et les vignobles du Mâconnais ou encore escalader hardiment le Revermont jurassien!! Première partie: de Nevers à Mâcon par Decize, Digoin, Paray-le-Monial et Charolles.

La route nationale 79 d'antan entre Charolles et Mâcon. Un vrai bonheur pour le promeneur tranquille des anciennes nationales. (Photo: Marc Verney, juillet 2011). En cliquant sur l'image vous poursuivez la promenade sur la RN79!

Créée en 1824, la route n°79, qui succède à la route impériale 97, nous dit le site Wikisara, relie Nevers à Genève par Mâcon et Nantua (où l'on retrouve la N84). On quitte donc Nevers par la rue de la Nièvre (que l'on traverse) en suivant la direction de Decize. On longe ensuite le faubourg de Mouësse jusqu'à la bifurcation de la Baratte (rond-point), où commence officiellement le tracé de la RN79. Cet itinéraire, par la rive droite de la Loire, a fait un temps (jusqu'à Decize) partie de la route Paris-Lyon.

R.N.7: LA ROUTE DE L'AZUR
Nevers est traversée par la N7. Dans notre balade vers l'azur, les rives de la Loire sont une étape privilégiée avant Lyon, la vallée du Rhône, la Provence et les cigales (lire)

R.N.77: AUBE SUR LOIRE...
La route nationale Sedan-Nevers traverse une grande partie de l'est de la France. Ardennes, Champagne, Bourgogne... Un trio de régions pour une superbe promenade! (lire)

R.N.78: LE JURA PAR LE MORVAN
La RN78 de 1959 relie Nevers à St-Laurent en Grandvaux en passant par le Morvan, les beaux vignobles de Bourgogne et Lons. Une route pleine d'histoires à suivre ici (lire)

Vue d'une rue de Nevers. Photo: Marc Verney, juillet 2011.

Ici, hélas, on a perdu toute trace de la nationale 79 d'antan puisqu'il nous faut suivre la départementale 981. A Imphy, que la route moderne évite depuis juin 2009, on garde précieusement le souvenir des aciéries où l'on a amoureusement fondu puis travaillé certaines des pièces de la Tour Eiffel (construction du pilier nord) et inventé plusieurs métaux spéciaux dont l'invar et l'élinvar... Beaucoup moins glamour, l'usine d'Imphy produira, durant la Première Guerre mondiale, de larges quantités d'une arbalète lanceuse de grenade (surnommée "sauterelle") à la portée de 125 m. A noter, la cité des ingénieurs, située dans le lieu-dit La Turlurette!

On rattrape la déviation moderne à la sortie d'Imphy (lieu-dit Grand-Vernay). Le bitume joue à saute-moutons avec les collines qui bordent la Loire. Au Port-des-Bois (importantes tuileries), un fier petit panneau rouge annonce "route de Genève". Nous voilà informés! Après Saint-Ouen, voici Béard, et une jolie église romane du XIIe siècle qui coiffe le village. Amusant: aujourd'hui restauré, l'édifice, nous dit le Guide Bleu Bourgogne-Lyonnais de 1965 était "utilisé comme grange".

La "route de Genève" au Port-des-Bois. Photo: Marc Verney, juillet 2011.
Decize, sur la Loire. Photo: Marc Verney, juillet 2011.

Quelques ondulations plus loin, nous entrons à Saint-Léger-des-Vignes, petit bourg aux portes de Decize. Voilà une ville bien entourée d'eau! "Sur une butte rocheuse, dans une île de la Loire", nous dit le Guide Bleu 1965, Decize "reçoit, sur la rive droite, l'Aron et le canal du Nivernais, et communique sur la rive gauche avec le canal latéral (à la Loire)". Sur le site internet de la cité on trouve quelques dates importantes: première mention de l'endroit en 52 avant JC (César y arbitre un conflit entre deux chefs éduens), entre 1026 et 1194, les comtes de Nevers bâtissent châteaux, défenses et église, le 1er septembre 1559, un incendie ravage toute l'agglomération, le 27 janvier 1660, Mazarin, qui s'est porté acquéreur de tout le Nivernais, loge à Decize...

Autres travaux imposants: fin 1770, on embellit la ville en réalisant notamment la Promenade des Halles, ce qui fixe le cours de la Loire. Enfin, en 1837, le fleuve est coupé par un barrage qui autorise la jonction entre le canal latéral et celui du Nivernais (qui sera totalement inauguré en 1841). La route franchit le canal du Nivernais puis l'Aron avant d'atteindre le faubourg Saint-Privé. La RN79 historique oblique alors à gauche, ce qui ne nous fait pas rentrer dans Decize à proprement parler. Dès lors, on traverse sans problème les villages de Devay, Charrin et Saint-Hilaire-Fontaine. Peu après, la route franchit la rivière Cressonne et nous voici en Saône-et-Loire.

Gros plan sur la borne de limites départementales entre Nièvre et Saône-et-Loire. On y lit clairement que la route va de Nevers à Genève. Photo: Marc Verney, juillet 2011.

Puis, voici Cronat et Vitry-sur-Loire, où les cartes postales d'antan évoquent, comme à Port-des-Bois, une "route de Genève". C'est à la hauteur de Bourbon-Lancy que la nationale 79 croise, au carrefour de Menaud, la route Bâle-Moulins (ancienne N73). Une bretelle N79A (auj. D979A) conduit à Bourbon-Lancy lorsque l'on arrive de Digoin. Après Saint-Aubin-sur-Loire, le trajet de 1959 de la RN79 jusqu'à Digoin passe par la rive droite du fleuve (Gilly-sur-Loire, Perrigny-sur-Loire, Saint-Agnan). Juste avant de rentrer dans Digoin, la route doit franchir l'Arroux et le canal du Centre. Mais tout change quelques années plus tard: des années 1970 à la fin des années 1990, la nationale 79 commence son trajet à Moulins avant de rejoindre Digoin par Chevagnes et Dompierre-sur-Besbre. Ce tracé est, en 2011, la départementale 779 alors qu'une voie express (la RCEA) reliant Montmarault à Mâcon porte aujourd'hui le n°79.

R.N.73: DEUX BALE DANS MON MOULINS
La route nationale 73 de 1959 relie Bâle en Suisse à Moulins dans l'Allier. C'est l'une des plus singulières transversales qui soient. Mais pas des moins bucoliques... (lire)

Mais ce trajet aura connu auparavant bien d'autres péripéties... Jusqu'aux dernières années du XVIIIe siècle, il n'y a, entre Digoin et Bourbon-Lancy, nous conte en effet l'association historique La Voix du Dardon sur son site internet qu'un mauvais chemin "rempli de tortuosités qui l’allongent considérablement, très difficile, surtout en hiver, même pour les gens de pied, et impraticable aux cavaliers et aux voitures". Et cela, alors que depuis la moitié du XVIIIe, les Etats de Bourgogne réalisent deux itinéraires est-ouest traversant le département, l'un au départ de Chalon et l'autre au départ de Mâcon. Les deux tracés se rejoignant à la fourche de Vendenesse, ils continuent ensuite vers Digoin par Charolles et Paray.

A Lesmes. L'orthographe 2011 sur l'Atlas Michelin est Lesme. Photo: Marc Verney, juillet 2011.

Cependant, pour aller plus loin, c'est compliqué... Deux régions se font face, le Bourbonnais et la Bourgogne... dans un premier temps, personne ne veut payer le coût de la nouvelle infrastructure! En 1772, un projet passant par Pierrefitte, Diou, Beaulon et Chevagnes se propose de rallier Digoin à Moulins. Mais, relate La Voix du Dardon, Trudaine, l'intendant des Finances chargé des Ponts et Chaussées ne veut pas que cette réalisation coûte un centime à la généralité de Moulins. Et de proposer un contre-projet reliant Digoin et Bourbon-Lancy sans sortir des limites bourguignonnes (la Loire fait ici office de frontière). Mais les Bourguignons ne souhaitent pas non plus "passer au tiroir-caisse" (refrain bien connu!)... Et il faut patienter trois ans pour que les Bourguignons, sous la pression des habitants de Bourbon-Lancy (où un relais de poste vient d'être établi sur la route Moulins-Autun), lancent un projet.

La route traverse la campagne au plus court pour rejoindre Bourbon-Lancy. On en voit encore le tracé sur les anciennes cartes Michelin par Les Guerreaux, La Fayette, Les Jarsaillons (où elle croise la route n°25 des Etats de Bourgogne reliant Bourbon-Lancy à Louhans par Gueugnon, Perrecy, Joncy, Saint-Gengoux, Tournus, Cuisery). Sur cet axe, on construira seize ponts entre 1778 et 1781; mais le franchissement de l’Arroux n'est possible qu’à gué ou avec un bac. Alors, peut-on lire sur le site de l'association La Voix du Dardon, Le parcours entre Digoin et Bourbon-Lancy reste difficile... une route, pour le maître de poste de Bourbon en 1786, "coupée de montagnes et de rochers, très dangereuse à cause du passage de l’Arroux sur des bacs en très mauvais état". Le difficile tracé de 1775 sera ensuite remplacé par celui des bords de Loire, traversant Saint-Agnan et Gilly.

Digoin a toujours été une cité très active au fil des cours d'eau qui y passent: un port sur la Loire y a exporté pendant plusieurs siècles vers Paris les vins du Mâconnais et du Chalonnais. L'aménagement des canaux (au XVIIIe et XIXe siècles) va confirmer la vocation de cette cité. Comme à Briare, un pont-canal long de 243 m (datant de 1843) permet à la batellerie de franchir la Loire. Entre Digoin et Paray-le-Monial, il n'y a que douze kilomètres, vite parcourus en quasi ligne droite, tracés sur le plateau de Chizeuil puis dans la vallée de la Bourbince. Là, nous dit l'Histoire de Mâcon et du Mâconnais, les travaux de réalisation de la route jusqu'à Mâcon ont débuté en 1735.

Sur notre gauche, en entrant dans la cité, voici le canal du Centre qu'il faut franchir pour aller jeter un oeil à la basilique romane du Sacré-Coeur (XIe siècle), un des lieux de pèlerinage parmi les plus fréquentés en France. La nationale 79 historique se contente de couper au plus court à travers Paray: après le quai de l'Industrie, voilà le quai du Commerce. Puis, après quelques kilomètres, on laisse partir sur la gauche le canal du Centre et l'ancienne RN74, qui débutait ici en 1959 son long périple vers l'Allemagne.

R.N.74: DE L'EAU DANS LE VIN
En 1959, la route nationale 74 relie l'Allemagne à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) en passant notamment par Sarreguemines, Nancy, Langres, Dijon, Beaune... (lire)

A la sortie de Charolles, en direction de Cluny et Mâcon. Photo: Marc Verney, juillet 2011. (par honnêteté, veuillez noter que cette image a été retouchée: le N79 a été légèrement blanchi!!)

A huit kilomètres de là, voici Charolles, qui fut, au XIe siècle, capitale d'un puissant comté (les ducs de Bourgogne étaient comtes du Charollais). La région est essentiellement connue aujourd'hui pour une race bovine que l'on croise au détour de chaque pré, jolies (mais souvent massives) tâches blanches qui s'égrènent régulièrement dans les paysages de bocage. Le charolais, connu dans le monde entier, est désormais élevé dans quasiment tout le centre de la France... La petite ville est surplombée par les restes de l'ancien château, où l'on trouve aujourd'hui la mairie (depuis 1867). La RN79 historique se faufile entre les vieilles demeures et prend la direction de Mâcon.

LE COUP DE LA "ROUTE BUISSONNIERE"
Route alternative et vraiment mignonne pour rejoindre Lyon, la "route buissonnière" sillonne depuis Nemours des régions un peu oubliées et pleines de charme... (lire)

Là encore, il ne faut pas se tromper: pour suivre la nationale de 1959, il nous faut emprunter la départementale 17, qui suit le tracé décidé par les ingénieurs bourguignons au XVIIIe siècle. A La fourche de Vendenesse, on laisse partir, sur la gauche, la route de Chalon. La chaussée remonte, désormais, le vallon où coule la Semence. Juste après le hameau de Mont, la route continue sa douce grimpette, et, nous dit le Guide Bleu Bourgogne-Lyonnais de 1965, "atteint le col des Bouchots (514 m) sur la ligne de partage Océan-Méditerranée et sur le faîte des monts du Charollais". Non loin de là, se trouve la butte de Suin, sa table d'orientation et son panorama à couper le souffle sur tous les environs (détour très conseillé)!

Après Curtil-sous-Buffières, voilà maintenant Bergesserin, que la route bitumée contourne, mais qui fut en 1786 l'une des étapes de poste sur le trajet Digoin-Mâcon, tout comme (outre les villes de départ et d'arrivée) Paray-le-Monial, Charolles, Cluny, La Croix-Blanche. Peu avant Sainte-Cécile, la route de Genève est rejointe -sur sa droite- par la voie venant de La Clayette (ancienne N487). A La Valouze, peut-on lire dans l'Histoire de Mâcon et du Mâconnais, la route Digoin-Mâcon réalisée à partir de 1735 est reliée à Cluny, un peu plus au nord; avec extension au sud vers Tramayes (c'est l'actuelle D22).

Au niveau du col du Bois-Clair, la RN79 ancienne se voit affublée du titre de "route touristique". Photo: Marc Verney, juillet 2011.

Plus tard, en 1770, un nouveau tronçon de chaussée, plus pratique, sera construit (la future N80) entre le col du Bois-Clair et Cluny. Il permettra ainsi d'éviter les difficultés du vieux chemin passant par Berzé-le-Châtel. Trente ans plus tard, autre rectification, celle de l'accès qu col du Bois-Clair (398 m) depuis la Croix-Blanche. Il s'agit là de réduire la pente du tracé de 1735. Passant (très) au large de la voie rapide RCEA qui a supplanté la N79 d'origine, notre route -qui est toujours la D17- descend maintenant lentement vers Mâcon. L'itinéraire est qualifié, sur les panneaux, de "touristique". On ne va pas s'en plaindre, tant les paysages se suivent et ne déçoivent pas l'oeil... voici par exemple la fantastique forteresse médiévale de Berzé, qui domine les environs de sa masse de pierre sombre.

R.N.80: UN TRAVAIL DE (GALLO) ROMAINS!
Entre Châtillon-sur-Seine et Cluny, la route n°80 rencontre de belles cités de caractère et zigzague au milieu de paysages nobles et sereins marqués par la patine du temps... (lire)

L'itinéraire par le col du Bois-Clair, le moins élevé de la chaîne du Mâconnais, est l'un des plus anciens de la région. Au temps des Celtes, y passe une voie qui aboutit à Decize, port éduen sur la Loire. Robustement empierrée par les Romains, cette voie sera, beaucoup plus tard, à la fin du XVIIe siècle, le chemin d'exportation favori des vins du Mâconnais vers Paris grâce à la mise en service du canal de Briare, prolongeant la navigation sur la Loire. L'arrivée sur Mâcon est ponctuée par d'agréables rendez-vous avec les vignobles, à La Roche-Vineuse notamment. L'octroi, longtemps matérialisé par d'imposantes barrières, se situait à la lisière des communes de Charnay et de Mâcon. Il a été aboli en 1948. On entre dans Mâcon par la route de Cluny (rue Rambuteau).

Même si elle annonce Saint-Sorlin, cette plaque indicatrice se trouve aujourd'hui à l'entrée de La Roche-Vineuse. Photo: Marc Verney, juillet 2011.
Cette autre plaque de la RN79 d'antan se trouve dans le centre de Mâcon. Photo: Marc Verney, juillet 2011.

R.N.6: LA ROUTE DES ALPES
Entre Chalon et Mâcon, la route nationale 6 longe la belle rivière Saône. C'est aussi une des plus belles régions vigneronnes de notre pays. A déguster modérément!! (lire)

Marc Verney, Sur ma route, novembre 2011


Continuer la promenade sur la R.N. 79 (clic!)
Retour vers la page principale du site (clic!)