Ancienne plaque de cocher de la N73 peu avant Beaune. (photo: MV, avril 2010).
AUX LECTEURS: les textes, photos et dessins de ce site sont soumis au droit d'auteur. Pour toute autre utilisation, contacter l'auteur de Sur ma route. Merci de votre compréhension...
Documentation écrite utilisée: Guide du Routard Bourgogne (Hachette, 2009), Guide Bleu Bourgogne Lyonnais (Hachette, 1965), Guide Bleu France automobile (Hachette, 1954); cartes: Beaune-Evian n°70 (Michelin, 1955), Bourges-Macon n°69 (Michelin, 1963), Atlas routier France 2007 (Michelin), Wikipédia, et les documents touristiques des endroits concernés.

Principaux bourgs et villages traversés par la N73 (partie Dole-Moulins, 1959):

Dole, Choisey, Tavaux, La Borde, Chemin, Annoire, Pourlans, Clux, Trugny, Seurre, Labergement-lès-Seurre, Corberon, Reullée, Beaune, Pommard, Volnay, Monthelie, Auxey-Duresse, Petit-Auxey, Melin, La Rochepot, Nolay, Saisy, La Drée, Creusefond, La Grande-Montée, La Chapelle, Saint-Pierre, Autun, La Guinguette, Chevannes, Les Quatre-Vents, Maison-de-Bourgogne, Les Châtaigniers, Les Clous, Bussière, Luzy, Maltat, Bourbon-Lancy, Le Fourneau, Garnat-sur-Engièvre, Chevagnes, Lusigny, Le Vernois, Yzeure, Moulins.
Après Beaune, la route tournicote entre les plus célèbres vignobles du bourgogne: un régal! Ici, nous sommes un peu avant Auxey-Duresse (en direction de Nolay). (photo: MV, avril 2010).
Une voie romaine au beau milieu d'un rond-point! C'est à Autun et nulle part ailleurs. (photo: MV, avril 2010).
Ce panneau Michelin (1966) bien conservé est à dénicher aux abords de Luzy. (photo: MV, avril 2010).


Belles routes de France
R.N.73: FAITES CHAUFFER LE MOULINS! (II)
Après Dole, voici la vaste-et un peu ennuyeuse- plaine de la Saône. Puis la route s'oriente à l'ouest pour s'adonner aux joies bacchiques de la Bourgogne vineuse à Beaune avant de passer au large de l'austère Morvan et de finir tout en douceur au bord de l'Allier à Moulins... Un périple d'environ 400 kilomètres, nous indique l'Atlas des grandes routes de France Michelin de 1959 dont voici la deuxième partie Dole-Moulins. Faites ronfler le moteur (euh... à 90 km/h)!!

Après Dole, la route chemine paresseusement jusqu'à Beaune. La plaine de la Saône s'allonge devant le capot du véhicule... Une bonne raison pour reluquer en direction des bas-côtés (photo: Marc Verney, avril 2010). En cliquant sur l'image vous revenez sur la page home de ce site!

Juste après les villages de Chemin et d'Annoire, la RN73 historique pénètre pour quelques kilomètres en Saône-et-Loire. A la sortie de Clux, il ne faut pas suivre Chalon-sur-Saône mais bien Beaune en Côte d'Or. L'atlas de 1959 nous montre effectivement que la route nationale 73 historique obliquait au nord vers Seurre alors que c'était la RN83 bis qui s'orientait à l'époque vers Chalon. On traverse la Saône à Seurre (hôtel-Dieu, maison Bossuet et écomusée du Val de Saône) pour prendre la direction de Beaune.

A Pouilly, la route n°73 d'antan laisse partir tout droit l'ancienne RN396 (Dijon) pour filer en quasi ligne droite vers Beaune. A l'horizon, immanquable d'ailleurs, la belle côte des vins de Bourgogne s'impose peu à peu aux regards des automobilistes.

R.N.396: DELICES DE BOURGOGNE...
Voilà une route qui vous surprendra! Une vraie promenade de plus de 300 km sur un axe qui mérite le label "route buissonnière" (lire)

Gros plan sur la plaque de Labergement. Photo: Marc Verney, avril 2010.

La petite cité de Beaune est ceinturée par une série de boulevards qui séparent le centre historique des faubourgs. Le long de ces chaussées, bien pratiques pour éviter les étroites ruelles du centre, on voit encore une grande partie des remparts. C'est peu de dire qu'une étape à Beaune s'impose. Il faut savoir que la cité bourguignonne est classée "Ville d’Art et d’Histoire". On y trouve pas moins de 34 monuments qui y sont classés ou inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques!

Fondée sous le nom gaulois de Belen (du dieu Belenos!), et après avoir appartenu aux comtes de Mâcon, aux ducs de Bourgogne, la ville tombe ensuite dans l'escarcelle de Louis XI. Plus tard, au XVIe siècle, la cité se trouve emportée dans le conflit de la Ligue. Cette véritable "perle de la Bourgogne" (non, non, je n'exagère pas!) est une ville très secrète qu'il ne faut pas hésiter à parcourir à pied pour en découvrir tout le charme... ruelles bordées de maisons anciennes... façades ouvragées des hôtels Renaissance... L'amateur de routes anciennes y croisera la N74 historique Paray-le-Monial-Frauenberg (Allemagne) et la N470 (de Semur-en-Auxois à Lavans-lès-Saint-Claude).

R.N.74: DE L'EAU DANS LE VIN...
En 1959, la route nationale 74 relie l'Allemagne à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) en passant notamment par Sarreguemines, Nancy, Langres, Dijon, Beaune... (lire)

A VOIR, A FAIRE
Evidemment l'hôtel-Dieu, fondé par Nicolas Rolin en 1443 (grande salle, ou "salle des pôvres", la cuisine, l'apothicairerie et l'oeuvre de Roger van der Weyden, le polyptique du Jugement dernier, certainement l'ouvrage le plus conséquent de la peinture flamande de l'époque... L'église Notre-Dame (XIIe, XIVe et XVe siècles) appartient au style roman clunisien, le musée du vin de Bourgogne est installé dans l'hôtel des ducs de Bourgogne (au cellier, beaux pressoirs à bascule du XVIIIe siècle); les vieilles rues de Beaune, la place Monge, la place Fleury... Enfin, on n'oubliera pas les prestigieux vins des Hospices de Beaune mis en vente à la bougie juste après la récolte, le troisième dimanche de novembre sous la halle face à l'hôtel-Dieu.

A la sortie de Beaune, le vin est roi!! Photo: Marc Verney, avril 2010.

La sortie de Beaune se fait par la rue du Faubourg-Bretonnière. Un temps, le trajet des anciennes N73 et N74 se confond sur une seule et unique chaussée. On passe à côté de la moutarderie Fallot (visite originale), les seuls producteurs indépendants de Bourgogne. Dès les dernières maisons effacées du rétroviseur, il faut choisir: à gauche vers Chagny, à droite, la N73 historique (D973 aujourd'hui) en direction de Nolay. Derrière les murs de pierre blanche, voilà les vignobles. Et les noms chantent aux papilles des amateurs: Pommard, Volnay, Auxey-Duresses, Monthélie...

La route virevolte au coeur des ceps. Au niveau du Petit-Auxey, n'hésitez pas à sortir du trajet pour aller jeter un oeil à Saint-Romain, calé au fond d'une reculée quasiment jurassienne... Ici, la N73 historique s'enfonce dans un charmant vallon qui l'emmène jusqu'au village de La Rochepot, dominé par son château de carte postale. On y croise l'ancienne nationale 6 (la montée-descente de La Rochepot était d'ailleurs l'une des principales difficultés de cette route Sens-Lyon dans les années cinquante...).

R.N.6, LA ROUTE DES ALPES
Chalon, Mâcon, Lyon, Chambéry, suivez le jeu de piste de la N6 historique (1959) jusqu'en haut du col du Mont-Cenis. Ca décoiffe de visiter les belles routes des Alpes... (lire)

On passe sous le pont de la déviation, encore une poignée de kilomètres et voilà Nolay et ses belles halles du XIVe siècle. La petite cité, bien mignonne, est la patrie de la famille Carnot (Lazare Carnot, 1753-1823, fut membre de la Convention). Juste après Nolay, la route s'élève. On passe, en même temps que la frontière départementale entre Côte d'Or et Saône-et-Loire la ligne de partage des eaux entre le bassin du Rhône et de la Loire. Au niveau du village de La Drée, on peut aller visiter, un peu au nord, le château de Sully (XVIe siècle) où naquit, en 1808, le futur maréchal de Mac-Mahon, élu président de la République en 1873.

La route, sinueuse, monte et descend le long de belles collines boisées environnées de champs où paissent, placides, de lourds boeufs charolais. A l'horizon, voici maintenant Autun, belle cité à l'histoire millénaire qui s'étend en amphithéâtre sur le versant boisé de la montagne de Montjeu. De par ses monuments antiques, c'est l'une des villes les plus intéressantes de France. Car Autun est l'ancienne Augustudunum. Installée sur l'axe Lyon-Boulogne, la ville gallo-romaine, florissante, fut célèbre par la splendeur de ses bâtiments et le rayonnement de ses écoles. Il s'agissait aussi de "ringardiser" Bibracte, la capitale des Eduens, toute proche...

Plus tard au XVe siècle, Nicolas Rolin, avocat originaire d'Autun est nommé chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon. Au cours du XVIe siècle, la cité est la deuxième agglomération de Bourgogne. C'est encore aujourd'hui une sacré ville-carrefour avec des échappées vers Château-Chinon et Chalon-sur-Saône (ex-N78), Saulieu et Le Creusot (ex-N80), Dijon, Beaune, Moulins...

R.N.78: LE JURA PAR LE MORVAN
La RN78 de 1959 relie Nevers à St-Laurent en Grandvaux en passant par le Morvan, les beaux vignobles de Bourgogne et Lons. Une route pleine d'histoires à suivre ici (lire)

RN80: UN TRAVAIL DE (GALLO) ROMAINS!
Entre Châtillon-sur-Seine et Cluny, la route n°80 rencontre de belles cités de caractère et zigzague au milieu de paysages nobles et sereins marqués par la patine du temps... (lire)

A VOIR, A FAIRE
Construite à partir du XIIe siècle, la cathédrale Saint-Lazare, située tout en haut de la ville en impose par les dimensions de la nef; puis, installé dans l'hôtel particulier de Nicolas Rolin, voilà le musée (du même nom), à voir aussi le théâtre romain (le plus vaste de la Gaule), la porte d'Arroux (porta senonica, ou porte de Sens qui ouvrait sur la fameuse voie d'Agrippa), les remparts, le temple de Janus...

La route nationale 73 historique (N81) prend désormais la direction de Luzy. Au rond-point, en sortie de ville, la municipalité a recréé quelques mètres de voie romaine... Sur sept kilomètres, la chaussée suit la vaste vallée de l'Arroux, puis laisse filer sur sa gauche l'ancienne N494 menant à Toulon-sur-Arroux. Au loin, sur la droite, la masse imposante du mont Beuvray (810 m, panorama).

A Maison-de-Bourgogne, cette ancienne plaque bien rouillée porte, visible cependant, le n°73. Photo: Marc Verney, avril 2010.

C'est au niveau du hameau de Bourgogne (ou Maison-de-Bourgogne) que la route entre dans la Nièvre. Plus loin, après avoir traversé un paysage de collines accidentées, nous arrivons à Luzy, ville située sur le cours de l'Alène, dans une sorte de cuvette environnée de petites bosses boisées. C'est là que la RN73 historique croise la route buissonnière en provenance de Lyon (ou de Nemours, lorsque l'on arrive du nord).

LE COUP DE LA "ROUTE BUISSONNIERE"
Route alternative et vraiment mignonne pour rejoindre Lyon, la "route buissonnière" sillonne depuis Nemours des régions un peu oubliées et pleines de charme... (lire)

Plus loin encore, le bitume suit le bucolique val de Somme. A Maltat, il faut encore huit kilomètres pour parvenir à Bourbon-Lancy. La ville, station thermale connue depuis les Gaulois (eaux de 48° à 58°), s'étend sur une colline qui domine le vallon de la Borne. On y soigne les troubles articulaires (rhumatismes, arthroses). La nationale traverse la ville en tournant à angle droit au niveau de la place de la République.

Gros plan sur une ancienne plaque indicatrice de la RN73 à l'entrée de Bourbon-Lancy. Photo: Marc Verney, avril 2010.

R.N.79: DU CHAROLAIS AU JURA
En 1959, la route nationale 79 nous conduit de Nevers à La Cluse sur la commune de Montréal-la-Cluse dans le département de l’Ain (monts du Jura). Des paysages plein la vue!(lire)

Plus avant encore, au carrefour de Menaud, la RN73 croise l'ancienne N79 (D979) Nevers-Macon. Au hameau du Fourneau, on franchit la Loire sur un imposant pont en béton de 270 m de long construit en 1932. La route en profite pour pénétrer dans le département de l'Allier. Son ultime but, Moulins, n'est plus qu'à une trentaine de kilomètres. On saute le canal latéral à la Loire à la hauteur de Garnat-sur-Engièvre puis c'est une longue ligne droite qui nous fait passer en douceur du bassin de la Loire à celui de l'Allier. Après Chevagnes et Lusigny, on laisse, à gauche, le château de Pomay (fin XVIe) où la mère et la femme du surintendant Fouquet se retirèrent après sa disgrâce. Quasiment dans les faubourgs de Moulins, voilà Izeure (église romane du XIe et XIIe siècles). On arrive dans Moulins par la route de Bourgogne (logique!). Bâle et la Suisse semblent bien loin!!

R.N.7: LA ROUTE DES MILLE BORNES
La N7 est sans doute la plus connue de nos nationales historiques. Voilà la plus sympathique des balades vers la Côte... A faire tranquillement depuis Moulins (lire)

Beaucoup de charolais dans le décor de cette N73 historique.... Photo: Marc Verney, avril 2010.
En arrivant sur Moulins.... Photo: Marc Verney, avril 2010.

Marc Verney, Sur ma route, juin 2010

Retour vers la page principale du site (clic!)