Trace de la N5 à l'entrée de Dijon (photo: MV, oct. 2005).

Henri Vincenot décrit Dijon dans son roman La Billebaude (éd. Denoël, 1978): "Dijon a cette chance prodigieuse de se pelotonner dans le creux au pieds des monts. Deux pas à gauche, et l'on est dans le ravin de la combe à la Serpent, avec de chaque côté, les buis, les roches, l'herbe rase d'un premier plateau, et puis plus haut, le premier chaînon des monts boisés qui plongent, trente kilomètres plus à l'ouest, sur ma vallée natale."

Huitième étape: Vitteaux-Dijon
KM 313: LE LAC KIR, 1/3 DE CHANOINE, 2/3 D'EAU
Après Plombières, la vallée de l'Ouche s'ouvre en grand sur Dijon. Une plaine où l'on trouvait autrefois de nombreux petits jardins potagers, mais aussi des guinguettes, des bars... jusqu'à ce qu'un maire dijonnais en décide autrement...

Le lac articiel Kir. (Photo: Marc Verney, août 2005).


Quelques mots sur le lac Kir: maire de Dijon sans interruption de 1945 à 1968, le chanoine Kir (inventeur de la boisson du même nom), figure locale incontournable, et qui aimait se baigner dans l'Ouche, acquiert des terrains dès 1952 dans la plaine, entre Plombières et Dijon. Les débats municipaux autour du projet du lac artificiel sont souvent houleux. L'endroit est finalement inauguré en 1964. Le plan d'eau actuel couvre une superficie de 37 ha et ses abords sont de 30 ha. La longueur maximale est de 1,5 km, la largeur moyenne est de 250 m. La profondeur de 3,50 m se révèle hélas insuffisante pour éviter la stagnation de l'eau et la pollution, ce qui n'en fait pas un lieu de baignade très folichon, l'été venu. A côté du lac, au pied de la voie ferrée, on remarque la statue d'un grenadier, oeuvre du sculpteur dijonnais Georges Diebolt, statue provenant du pont de l'Alma à Paris. En effet en ce lieu, à son retour de Marengo le 30 juin 1800, Napoléon passa en revue les troupes commandées par le Général Brune. Un panneau posé peu après l'entrée dans Dijon par le Souvenir napoléonien en Bourgogne en témoigne (source: ville de Dijon).

A gauche, la route blanche longe le lac Kir et les vastes pelouses qui constituent aujourd'hui un des lieux de promenade favoris des Dijonnais. A droite, l'entrée de la route dans Dijon (Photos: Marc Verney, août 2005).